Haiti : “L’insécurité d’Etat fait plus de mort que le coronavirus” selon Pierre Espérance

Merci de partager

Suite aux efforts déployés par la police pour empêcher le sit-in des Petrochallengers de Nou pa p dòmi, Pierre Espérance du Réseau National de Défense de Droits Humains ne met pas l’eau à la bouche pour condamner la réaction de l’Etat qu’il a qualifiée de répressive.

Face à l’insécurité qui ne cesse de faire des morts ces derniers jours, Nou pa p dòmi a senti le besoin de faire un sit-in pour le respect de la vie le lundi 29 juin 2020 devant le Ministère de la justice. Une initiative qui a pris tout son sens avec la mort tragique des deux jeunes danseurs calcinés. Le lundi 29 juin 2020, les manifestants s’étaient effectivement réunis devant le Ministère de la justice mais ils ont été malheureusement dispersés par la police de façon violente avec l’usage de projectiles et de gaz lacrymogène. Les Petro Challengers ont publié une note qui a dénoncé les actions arbitraires de l’Etat qui violent leur droit de manifester. 

Comme c’est une période spéciale à cause de la covid-19, manifester est en quelque sorte un comportement à éviter. Même en tenant compte de cette considération, Pierre Espérance, militant des droits humains persiste et signe que l’Etat a abusé de son pouvoir en boycottant un sit-in pacifique. Les protestataires n’avaient d’armes qu’une simple banderole portant des messages que les policiers ont déchiré. Il ne peut y avoir de prétexte capable d’excuser un comportement si anti-démocratique, pas même le coronavirus. 

M.Espérance a signalé que la distance physique n’est pas respectée dans les bureaux de l’Office Nationale d’Identification (ONI). À l’ONI, les gens sont entassés les uns sur les autres pour faire leur carte d’identité, courant le risque de propager le virus. “Au lieu d’empêcher une telle situation, le gouvernement a publié un décret pour exiger que les gens aillent imprimer leur carte d’identification dans un délai de 4 mois”, s’est plaint  Pierre Espérance. 

L’insécurité a tué une jeune fille de 14 ans au Cap-Haïtien, un substitut du commissaire du gouvernement, 6 personnes à Ganthier, 2 jeunes danseurs, le policier Joseph Larousse, le Professeur Bellamy, sa femme et un autre individu pour le mois de juin. Il y a aussi les massacres des gangs dans les ghettos. M.Pierre Espérance a déduit que le plus dangereux des virus est l’insécurité et pas la covid-19. “L’insécurité d’Etat fait plus de morts que le coronavirus”, a-t-il lâché.

L’économiste et professeur Etzer Emile n’a pas râté l’occasion de blamer l’Etat lui aussi. Sur son twitter, il a écrit le lundi 29 juin 2020: ” L’Etat haïtien a déployé de gros efforts (balles et gaz lacrymogène) pour faire échec à un sit-in pacifique ce matin mais il ne peut pas faire des efforts pour empêcher aux gangs d’opérer. Il n’a pas assez de moyens pour rétablir la sécurité dans les quartiers. L’Etat a fait tout son possible pour nous voir morts. Les ténèbres ne règneront pas toujours (Esaïe 9: 1).

Bath-Schéba NG Joseph

About UNISSONS NOUS

Check Also

2023 : Une belle année pour la musique haïtienne

Merci de partager Jusqu’ici 2023 a été une année rude pour le peuple haïtien avec …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial