« Le Bilan de Moïse: Gangs, Misère, Impunité et Referendum inconstitutionnel », avancent 68 parlementaires américains

Merci de partager

68 parlementaires américains ont écrit au département d’État pour lui demander d’arrêter de supporter l’administration Moïse qui est- selon les congressmen- d’une extrême nullité.

Les congressmen n’ont pas manqué de raisons pour crucifier la gouvernance de Jovenel Moïse. Ils ont évoqué la misère, la violation des droits humains notamment des violences contre les femmes. Des problèmes sociaux qui vont de mal en pis et face auxquels le Président Moïse se révèle inefficace et incompétent. L’implication des membres de l’administration de Moïse dans le massacre de La Saline suivie d’impunité a été soulevée dans la lettre. La Société civile se positionne contre le pouvoir en place pour toutes ces dérives, ont souligné les parlementaires.

Ils ont aussi parlé de la velléité de Jovenel Moïse de diriger en dictateur. M.Moïse n’a pas réalisé les élections parlementaires et celles des collectivités territoriales à temps et pour résultat, depuis 2020 il dirige seul par décret sans pouvoir législatif pour faire le contrepoids.

M.Moïse souffre du manque de légitimité a expliqué le groupe 68. Le groupe parlementaire a évoqué le fait que la fédération des barreaux d’Haïti et la société civile ont interprété la constitution de 1987 en envisageant la fin du mandat du président Moïse au 7 février 2021.

Les congressmen sont étonnés de voir que la Maison Blanche continue de supporter le régime contesté. Ils ne comprennent pas pourquoi les États-Unis continuent à souhaiter les élections dans ce climat d’insécurité et de pullulation des gangs armés.

La sécurité et la légitimité sont des préalables pour la réalisation d’élections et de référendum, estime le groupe 68, or il en manque au pouvoir en place.

La réforme constitutionnelle est mise en cause également. Le référendum ne peut avoir lieu en juin 2021 si l’on doit croire les 68 congressmen. Ils ont été jusqu’à critiquer le fond de l’avant-projet constitutionnel qui établit un Exécutif puissant.

Fort de tous ces arguments contre le régime en place, les législateurs recommandent au département d’État de ne pas donner même un centime à Jovenel Moïse pour les élections ou le référendum. Les États-Unis ne doivent pas offrir de support technique à ce régime.

La politique étrangère avec Haïti doit changer de direction et doit se faire dans l’intérêt du peuple haïtien, suggèrent les parlementaires. Ces derniers demandent aussi au gouvernement de ralentir sur la déportation des haïtiens en situation irrégulière vers leur pays originaire qui est actuellement chaotique.

Unissons Nous

About Bath-Schéba NG Joseph

Check Also

La Police en rage a saccagé Port-au-Prince et Les Gonaïves

Merci de partager Ce jeudi 26 janvier 2023, les policiers ont foulé le macadam pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial