Haïti agonise dans l’attente de la résolution sur la force étrangère

Merci de partager

Nous sommes à la 6ème semaine de lockdown en Haïti. Le carburant, produit essentiel, est toujours retenu par les gangs du G9 sous la direction de Jimmy Chérizier dit Barbecue. Des millions d’enfants sont privés de l’École qui court à sa disparition sur le sol haïtien. La majorité des entreprises arrête leurs opérations. Les prix des produits grimpent en saison de lock. Des manifestations se multiplient sans succès pour tenter de basculer un pouvoir de nullité extrême. Des familles sont plongées dans un chômage forcé. Ce n’est pas parce qu’avant, il y avait de l’emploi mais les gens pouvaient sortir dans la rue pour exercer une activité de survie.

Aucune conscience, aucune alternative des politiques pour stopper la descente aux enfers. L’envie du pouvoir rend indifférents les politiciens par rapport à la crise humanitaire à laquelle est exposée la population.

Entre-temps, l’espoir est accroché à une longue attente d’une intervention militaire internationale pour combattre les gangs et libérer l’essence. La Police Nationale est incapable, déduit même un bébé de la dernière pluie. Les matériels reçus et achetés du Canada ne rétablissent pas la confiance dans la capacité de l’Insitution à virer les gangs G9 du Terminal Varreux. Les gangs du G9 eux-mêmes sont trop occupés à faire la révolution qui conduit au trépas pour se repentir et rendre le terminal accessible.

Le seul et minime espoir consiste à attendre l’arrivée d’un blanc qui ne s’empresse pas de venir sauver Haïti. Au sein du Conseil de Sécurité, les puissances utilisent la cause haïtienne comme pion géopolitique. Le vote sur la résolution concernant une intervention en Haïti censé avoir lieu le 17 octobre a été reporté sine die. Les haïtiens qui se prétendent nationalistes évoquent les échecs des interventions passées. Cependant, les Haïtiens sont obligés de choisir l’ébola d’entre la peste, l’ingérence d’entre le cannibalisme des gangs. La Première République Noire se réduit à espérer péniblement une intervention militaire. Des pays se sont manifestés pour, les États-Unis, Le Canada, la République Dominicaine.

Entre les mots et les actes, une question demeure: Quand viendront-ils? Quand viendront-ils les blancs? Parce que nous-mêmes nous n’arrivons pas à coopérer en vue du salut de la nation. Parce que pendant plus de deux siècles, l’amour pour la patrie et pour les compatriotes n’a jamais pu germer dans le coeur de la majorité des haïtiens. Parce que le « ôtes-toi delà que je m’y mette » est devenu la seule forme de politique. Nous voilà donc réduits à mourir avec une attente urgente que le blanc débarque.

Unissons Nous

About Bath-Schéba NG Joseph

Check Also

Suites aux sanctions du Canada, les comptes Sogebank et Sogecarte de Jean-Henry Céant sont fermés

Merci de partager Les 23 et 24 novembre dernier, la Sogebank et la Sogecarte ont …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial