Dans ces conditions, l’UE ne financera pas d’élections en Haïti

Merci de partager

Décidément, L’Union Européenne prend ses distances par rapport au gouvernement de Jovenel Moïse. Partageant les mêmes arguments que l’opposition pour motiver sa prise de position, elle a laissé entendre qu’il n’y a pas eu de coup d’Etat et que les élections quoique nécessaires ne peuvent pas se réaliser dans les conditions actuelles.

Dans une résolution du 20 mai 2021, l’Union européenne a partagé sa lecture de la crise haïtienne. Sans équivoque, l’Union européenne a avancé que l’opposition, la société civile et le conseil supérieur de la magistrature ont été d’avis que le mandat présidentiel a pris fin le 6 février 2021 et condamné l’entêtement du Président Moïse à rester au pouvoir. L’Union Européenne n’a pas fermé les yeux sur les négligences du Président Moïse en 2019 et en 2020 qui n’a pas organisé les élections pour établir une nouvelle législature et de nouveaux conseils municipaux. Résultat, Monsieur Moïse dirige par décret, concentre entre ses mains tous les pouvoirs, remarquent les nations européennes.

L’organisation internationale croit qu’il est insoutenable la façon dont Jovenel Moïse empiète sur le pouvoir judiciaire censé être indépendant. Entre l’arrestation du juge Dabresil, mise à la retraite de 3 juges de cassation et la nomination irrégulière de trois autres,le président contesté est en excès de pouvoir. Dans sa résolution, l’UE affirme que les tentatives de coup d’État sont des rumeurs à l’instar de l’opposition.

Les européens plaident en faveur du respect de l’article 284-3 de la constitution haïtienne en vigueur interdisant la modification constitutionnelle par référendum. En addition à ce blocage juridique, des milliers de manifestants protestent continuellement contre le référendum constitutionnel du 27 juin 2021 prévu par le gouvernement. Le processus manque d’inclusion et de participation, dans l’avant-projet l’esprit de certains articles vise à donner beaucoup de pouvoir à l’exécutif, regrette l’UE.

Les élections sont nécessaires toutefois leur réalisation est conditionnelle. Les élections haïtiennes doivent être transparentes, crédibles, équitables, démocratiques et participatives pour permettre une solution à la crise sur le long-terme. Hors de ces conditions, l’Union Européenne ne financera aucune élection en Haïti.

La corruption a été aussi débattue. L’UE demande des comptes pour les fonds débloqués pour la reconstruction d’Haïti après le tremblement de terre de 2010. Elle a rappelé que Jovenel Moïse est épinglé dans le rapport de la cour des comptes sur le détournement des fonds Petrocaribe. Elle envisage de demander à la cour des comptes européennes de faire un audit sur la manière dont les financements de l’UE sont dépensés en Haïti.

L’État haïtien doit trouver un moyen pour garantir le respect des droits humains, cesser les affrontements entre gangs, protéger les droits des enfants et des manifestants, respecter les libertés d’opinion, ne pas mettre en danger la vie des journalistes, suggère ladite organisation.

Si l’Union Européenne ne supportera pas le référendum, elle compte aider Haïti à lutter contre la covid-19. Elle invite les autorités à mettre en oeuvre la vaccination de la population pour faire échec au coronavirus.

Unissons Nous

About Bath-Schéba NG Joseph

Check Also

Suites aux sanctions du Canada, les comptes Sogebank et Sogecarte de Jean-Henry Céant sont fermés

Merci de partager Les 23 et 24 novembre dernier, la Sogebank et la Sogecarte ont …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial